Les définitions étymologiques révèlent le sens caché des mots, d'où l'intérêt ici d'examiner de plus près le terme "sophrologie" pour révéler l'objectif de la discipline qu'il représente...

 

La sophrologie vient du grec :

  • SOS : harmonie, sérénité, équilibre
  • PHREN : conscience, esprit 
  • LOGOS : science, étude, discours

 « l’étude de la conscience en harmonie »


Alfonso Caycédo

La Sophrologie a été créée en 1960 par le Pr Alfonso Caycédo (1932 - 2017), qui était médecin. Il a décroché son titre de docteur en médecine et en chirurgie, puis il a choisi de se spécialiser en psychiatrie et neurologie.

 

De l'hypnose à la sophrologie (1960)

Constatant la violence des procédés thérapeutiques d'après-guerre pour modifier les états de conscience, comme les électrochocs sans anesthésie, il se tourne vers une méthode plus douce : l'hypnose clinique.

 

Rapidement, l'hypnose ne lui convient plus. D'une part, ses observations cliniques ne coïncident pas toujours avec les théories. D'autre part, le terme d'hypnose est souvent associé à quelque chose de mystérieux qui suscite la méfiance.

 

Il crée ainsi le terme sophrologie en 1960 et fonde la même année le premier département de sophrologie clinique à Madrid, dans le but d'entreprendre une étude approfondie des phénomènes de la conscience. La sophrologie est, à cette époque, techniquement proche de l'hypnose.

 

Rencontre avec la phénoménologie... (1963/1964)

Alfonso Caycedo rencontre en Suisse le professeur Ludwig Binswanger, père de la psychiatrie phénoménologique. Il est admis comme médecin neuropsychiatre au sanatorium Bellevue à Kreuzlingen et devient le dernier élève de Binswanger. Ce dernier l'initie à la phénoménologie existentielle, qui influence définitivement sa démarche de recherche sur la conscience.

Caycedo tente de populariser la phénoménologie existentielle à travers la sophrologie : une phénoménologie orientée vers le vécu de l'être.

La sophrologie devient progressivement une méthode moins inductive. L'expérience subjective de chacun, la déduction personnelle des phénomènes, priment sur les inductions provoquées par le thérapeute.

 

Au gré de ses voyages en Orient... (1965/1968)

Encouragé par L. Binswanger, et sans doute influencé par sa femme Colette (une Française prof de yoga). Il se rend en Orient.

Il séjourne en Inde où il s'initie au yoga auprès de grands Yogis rencontrés par le biais de médecins indiens. Au fil de ses rencontres, il  découvre des méthodes qui permettent d'accéder à des états de conscience modifiés. Il se rend finalement au Japon où il est également impressionné par le zazen.

Il constate l'importance du corps dans ces différents procédés. Il tirera de ces expériences les trois premiers degrés de la Relaxation Dynamique adaptés à la culture occidentale.

Les aspects philosophiques ou religieux sont laissés de côté pour élaborer une nouvelle méthode : son objectif reste l'étude de la conscience humaine et le moyen de la faire varier dans un but thérapeutique, ou prophylactique.

 

La faculté de Barcelone et la reconnaissance (1968/1982)

Caycedo est nommé Professeur à l'école de psychiatrie de la faculté de médecine de Barcelone en 1968. C'est l'époque de nombreuses expérimentations. A. Caycedo publie des ouvrages et multiplie les congrès scientifiques.

 

La sophrologie s'extrait progressivement du champ thérapeutique pour s'ouvrir en parallèle au champ social. Elle devient au fil des ans socio-prophylactique : elle s'adresse à tous et présente un réel intérêt dans les mesures de prévention en matière de santé.

 

Les applications de la méthode ont été mises à l'épreuve dans différents groupes, et dans des domaines divers comme celui de la pédagogie dans les écoles, de la thérapie et la prévention dans les hôpitaux et les centres de rééducation, dans le monde de l'entreprise et de l'industrie, du sport et dans les groupes moins favorisés comme les enfants de la rue notamment à Bogotá, ou de personnes ayant suivi les conséquences des problèmes économiques et sociaux. L'expérience en Colombie a été un véritable laboratoire pour le développement de la sophrologie sociale.

 

Aujourd'hui...

La sophrologie est toujours en évolution et contrôlée par la vérification scientifique, notamment par le Groupe d’Épistémologie* de la Sophrologie (GES). Des études objectives sont alors menées par des professionnels de la santé (médecins non sophrologues, psychologues...), à partir de l'expérience et du ressenti des patients vis-à-vis des exercices pratiqués.

L'Observatoire national de la sophrologie réalise lui aussi des études portant entre autre sur l'apport de la pratique sophrologique dans le stress, les troubles du sommeil et la douleur.

Peu importe les différentes orientations de la sophrologie, il y a un point commun qui les lie c'est la dimension sociale et prophylactique. La conscience collective s'éveille à travers les individus qui composent une collectivité et une société.

 

 

* Épistémologie : étude critique d'une méthode scientifique

 


La sophrologie invite à percevoir la vie avec un nouveau regard et une plus grande présence au monde,
dans l’harmonie physique, émotionnelle et mentale.
Elle permet par ailleurs de trouver de nouvelles ressources en soi-même.

Origines médicales

 

Neurologie, Neuropsychiatrie

 

Relaxation

Schultz, Jacobson

 

Hypnose clinique

Erickson

Origines psychologiques

 

Psychologie, Psychanalyse

Freud, Yung

 

Psychiatrie phénoménologique existentielle

Binswanger, Heidegger

Origines philosophiques

 

Philosophie grecque classique

Platon, Aristote

 

Phénoménologie

Husserl, Hegel, Heidegger

 

Philosophie orientale

Yoga, bouddhisme tibétain, zazen japonais

 


La sophrologie : Une science, un art de vie, une philosophie !

Sources :

Centre de formation ISSO à Toulouse

"La Sophrologie pour les nuls" de Cindy Chapelle

http://www.sophrologieludique.com