Il "faut" que je dorme ! ...

Une bonne nuit de sommeil... un sommeil réparateur... "mmmmhhhh qu'est-ce que j'ai bien dormi !" sont des mots que vous souhaiteriez peut-être prononcer ?  Pas toujours évident de s'endormir de suite, et si par bonheur nous y arrivons vite, nous nous retrouvons à nous réveiller en pleine nuit ! Parfois on ne sait pas pourquoi, on se tourne... on se retourne dans le lit, on a chaud... on ne sait pas comment s'installer et on ne trouve pas la bonne position... celle qui nous permettrait de nous rendormir sereinement...

 

Sans savoir pourquoi ni comment, les pensées fusent, se bousculent, et tournent en boucle... et comme par hasard le lendemain, c'est une grosse journée et nous avons un boulot de dingue qui nous attend, alors il faut dormir pour être en forme ! Ce n'est pas le moment de ruminer !

Notre cerveau abrite des zones capables de retarder le sommeil et de nous maintenir actifs. Cette aptitude, fort utile en cas de danger ou de tâche urgente, se retourne parfois contre nous en nous empêchant de sombrer dans les bras de Morphée même en l’absence de nécessité. Un environnement trop stressant ou, à l’inverse, la perspective trop excitante d’un lendemain riche en événements suffisent à provoquer une veille non désirée !

 

Heureusement, nous avons la capacité de nous sortir de nos ruminations, et il est bon d'en avoir conscience pour pouvoir réagir face à un mental trop présent !

Je tiens à préciser que certains médicaments sont parfois la cause des insomnies, et il est important de faire le point avec votre médecin traitant sur vos traitements en cours, et les risques d’interaction entre les médicaments !

 

  • Quand nos pensées doivent être retenues pour le lendemain... comme par exemple : "il faut que je pense à appeler untel ou à faire ceci, cela demain sinon... "

Il faut savoir que si nous avons besoin de sommeil pour être en forme, le cerveau lui, ne dort pas ! Donc, quand nous nous endormons avec une idée en tête ou plusieurs, notre cerveau va la ressasser toute la nuit... d'où l'intérêt de poser nos idées et de les coucher sur papier ! Mieux vaut perdre deux minutes à rallumer sa lampe de chevet, prendre un stylo, un carnet et noter plutôt que d'essayer de retenir l'info toute la nuit, non ? ;-)

 

  • Quand nous avons du mal à nous endormir, ou quand nous nous réveillons la nuit...

- Une solution consiste à retracer sa journée en partant de la fin ! Allez-y essayez c'est intéressant car même quand nous pensons avoir passé une mauvaise journée, la revisiter ainsi nous permet bien souvent de les voir sous un angle différent ! Et si vous visualisez toute la journée et que vous arrivez au petit matin et que vous ne dormez toujours pas, il vous reste le jour d'avant à retracer ! :-D

 

- Il est important également d'accepter nos pensées sans nous juger ! Nous ne devons pas hésiter à prendre conscience de notre angoisse : "Je m'inquiète au sujet de ...", "je ressens une difficulté à respirer" peut-être, ou "j'ai un nœud au ventre", etc... décrire ce que nous ressentons à l'intérieur... et admettre que nous ne pouvons rien résoudre à cette heure de la nuit et qu'il est préférable pour notre santé de nous reposer : "C'est le soir, ou le milieu de la nuit, je suis couché(e), je ne peux rien faire pour chasser mes pensées négatives, alors je vais cesser d'y prêter attention"... comme les nuages dans le ciel, nous laissons nos pensées aller et venir...

 

 

- Nous pouvons par exemple porter notre attention sur notre respiration... sans chercher à la modifier, nous pouvons simplement l'observer ! Observer le va et vient de l'air dans nos narines, le chemin de l'air jusqu'à nos poumons...

Nous n’avons pas besoin de contrôler notre respiration; il suffit de l’observer telle qu’elle est réellement. Elle peut être longue ou courte, profonde ou superficielle. Peu à peu, avec la pratique, elle deviendra naturellement plus lente et plus profonde. La respiration consciente unit notre corps et notre esprit et nous apporte l’énergie de la pleine conscience à chaque instant de notre vie.

Il a été démontré que prendre conscience de ce que l'on ressent et pratiquer l’auto-compassion est bien plus efficace pour se calmer que l'autoflagellation mentale.  Il est tout à fait normal d'éprouver de l'angoisse quand on n'arrive pas à s'endormir... oui, oui, nous sommes tous différents mais nous sommes nombreux à ressentir les mêmes émotions ! Selon un sondage Louis-Harris, un Français sur cinq – soit 20 % de la population – souffre de problèmes de sommeil. Et 70 % des personnes concernées ne savent comment en venir à bout.

- Nous pouvons également tenter des exercices de respiration en allongeant le temps de l'expire.

  • Mettre une main sur le ventre, respirer profondément par le nez en comptant jusqu'à 5 - faire une rétention d'air en comptant jusqu'à 2 puis expirer en comptant jusqu'à 8... le but est d'expirer vraiment tout l'air des poumons pour chasser toutes les toxines retenues...
  • Imaginez que vos poumons sont divisés en 3 sections :
  1. claviculaire : respiration haute (épaules)
  2. thoracique : respiration moyenne (thorax)
  3. ventrale ou abdominale : respiration basse (ventre)

Respirer une première fois pour remplir la partie haute, dans les épaules, en prenant conscience de ce qui se passe en nous...

Puis respirer une deuxième fois pour remplir la partie du milieu en prenant là aussi conscience de ce qui se passe

Enfin respirer une troisième fois pour remplir la partie basse , celle du ventre en prenant conscience de ce qui se passe...

Noter les différences entre les trois respirations...

 

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter de belles nuits !